• Maïté Holvoet

BFT Kandidaat: Grand Hôpital de Charleroi


Le Grand Hôpital de Charleroi (GHdC) est issu de la fusion, en 2008, de deux structures, elles-mêmes issues de fusions antérieures. A cet ensemble s’est ajouté, en 2013, le centre psychothérapeutique de jour Charles-Albert Frère à Marcinelle qui accueille des enfants âgés de 2 à 6 ans.

L'activité est donc répartie, dans la région de Charleroi, sur 6 sites relativement proches l’un de l’autre en termes de distances : Notre Dame, Saint-Joseph, Sainte-Thérèse, Reine Fabiola, IMTR et le Centre psychothérapeutique de jour (CPJ).

En juin 2024, les sites hospitaliers se rassembleront à Gilly sur le nouveau site « Les Viviers » qui est en cours de construction.


Depuis 10 ans, l’équipe financière consacre tous ses efforts au développement d’une gestion économique et financière dynamique, en veillant à associer tous les métiers de l’hôpital et cela, dans un environnement interne et externe en perpétuelle évolution. Un des aboutissements de tout ce travail sera le déménagement, en juin 2024, sur le nouveau site hospitalier unique « Les Viviers ».


Le projet de reconstruction : les jalons


En 2008 ont lieu la fusion et la naissance du Grand Hôpital de Charleroi. En 2010, une partie importante du Comité de direction est renouvelée. Très vite pointe l'idée d’un regroupement des sites hospitaliers et la construction d'un nouvel hôpital.

En 2010, le résultat reporté du GHdC est négatif à -3,3 millions d'euros et le taux d'endettement est alors de 42,7 %. En 2018, le résultat reporté atteint plus de + 57 millions d'euros et l’endettement a été réduit à 22,8 %. Les fonds propres sur total bilan qui se situaient à 24,1 % en 2010 atteignent 41 % en 2018.

En 2010, face à une telle situation financière, un sentiment d’urgence se crée dans tout l’hôpital. Chaque département utilise ses expertises au sein de son champ d'action. Pour le département financier, il s’agit d’apporter le support et les outils de management nécessaires pour permettre l'anticipation, la correction et l'action aux endroits et moments opportuns. C’est alors que le secteur « support de gestion » voit le jour. Composé d’économistes, il travaille en étroite collaboration avec le corps médical et soignant.

En 2011, une nouvelle comptabilité analytique est créée afin de mieux orienter les flux financiers pour pouvoir les utiliser à des fins d’analyse. Cette année voit aussi l’harmonisation des statuts financiers des médecins indépendants, prérequis obligatoire à l’élaboration de projets médicaux cohérents au sein de la structure hospitalière récemment fusionnée.

L’année 2012, quant à elle, voit la naissance des premiers tableaux de bord par service discutés en intermétier et en présence des différentes directions lors des réunions baptisées « bilatérales ». La finalité est de réaliser un budget décliné par centre d’activité et fournir ainsi à l’institution un outil de pilotage pour son redressement financier.

L’objectif est atteint en 2014 avec un budget décliné pour tous les centres d’activité de l’hôpital (plus de 400).

En parallèle, une cellule Business Intelligence se met en place et développe un outil d’information décisionnelle. A partir de 2016, elle commence à produire des tableaux de bord qui ne sont pas uniquement financiers mais qui comportent également des indicateurs cliniques, de qualité ou de processus. L’objectif aujourd’hui est d’établir de véritables balanced scorecards par secteurs.

Parallèlement aux développements financiers, le projet médical avance et le mode de gouvernance s’adapte. En novembre 2017, l’activité médicale, qui était auparavant organisée sous la forme d’une quarantaine de services médicaux, se restructure en 13 pôles de soins, créés selon une logique de pathologie pour encore mieux placer le patient au centre des attentions. Et le département financier s’organise en conséquence. En effet, à la tête de chacun de ces pôles se trouve un trio ou un quatuor de responsables : le médecin chef de pôle, le cadre infirmier, le cadre paramédical et le gestionnaire de performance du département financier, véritable bras droit économique et financier au service du pôle et du patient.

En 2019, les jalons sont posés et l’équipe financière peut à présent se concentrer sur les challenges qui accompagnent la conception du nouveau centre hospitalier « Les Viviers ».